2014 : Ruminant Ruminant, un duo de 35 minutes

 

 

 

Le duo se présente sous forme de saynètes, de jeux d'adresses, de pastiches dans lesquels mots, danse, musique et cinéma forment un objet dansant non identifié, subtil et jubilatoire. Ça ne parle pas de bovins, ça ne parle pas d’amour, ça ne parle pas alsacien, mais ça parle de tout et de rien, chez soi, en studio, sur scène. Ça danse aussi, ça peut même chanter. « Ça » est né de l’union conceptuelle de Karina Iraola et de Brice Noeser pour un festival de jeux et d’interactions qui s’apprivoisent, le temps de comprendre où ça s’en va. 

 

Fins stratèges des mécaniques du corps et du langage, ils s'attachent à (dé)jouer, à (dé)construire la parole, la pensée et le mouvement. Karina Iraola et Brice Noeser s’encombrent, s’emmêlent, se surchargent le corps et l’esprit de tensions, de tremblements, de positions contraignantes et de propos labyrinthiques. 

 

 

LES GENS 

 

Brice Noeser a eu des idées et en a discuté avec Karina Iraola qui incarne la pièce avec lui. Catherine Tardif est venue plusieurs fois les assister durant le processus de création. Sylvie Nobert a conçu les éclairages en plus d'en faire la régie et la direction technique, et Sonya Stefan s'occupe des captations vidéos et des prises de photos. 

 

MUSIQUES ET CITATIONS 

 

Se nos rompio el amor, Bernarda y Fernanda - Ouragan, Stéphanie de Monaco - Crazy Tom, Gabriel Yared - Ritmos de Paragüay, Sabicas – Destinée, Guy Marchand – Ne Dis Rien, Serge Gainsbourg et Anna Karina.

 

Les garçons et Guillaume, à table !, G. Gallienne - Kika, Almodovar - entrevue avec Barbara.  



LES PARTENAIRES 

 

SUBVENTIONS  :le Conseil des Arts et des Lettres du Québec, déplacement international ; le Conseil des Arts du Canada, création et production ; le réseau Accès-Culture, soutien à la résidence.

 

RÉSIDENCES : le centre de création Lézarts Loco, les Maisons de la Culture : Côte-des-Neiges et Mercier.

 

DIFFUSIONS : le réseau des Alliances françaises du Mexique ; La Serre - arts vivants (festival OFFTA) ; La Rotonde, Centre chorégraphique contemporain de Québec ; Tangente - Laboratoires de mouvements contemporains. 

 

 

QUELQUES PROPOS  

 

 Je travaille avec le mouvement et le langage. Peut-être que ça suffit à faire de moi un chorégraphe, mais je questionne l’emploi de ce mot pour signifier ce que je fais. C’est vrai que j’écris du mouvement, parfois. Mais pas seulement. J’ai une obsession du mot juste. Et comme les mots ne sont jamais totalement fidèles à ce qu’ils désignent, je me sers du spectacle pour créer mon propre langage, qui compose avec des sons, des mouvements, des mots et de la voix. Des éléments a priori disparates qui, mis ensemble, font sens. Sens pour le corps, sens pour l’intellect, parfois les deux à la fois. Ainsi je bricole mon propre monde, un monde qui s’incarne sans artifices, dans une sorte de réalisme inspiré du cinéma, qui joue du vrai, du faux, du trucage. Le mouvement prend tantôt la forme d’un jeu, tantôt celle de mécanismes rigoureux transformant le corps en objet sonore, mouvant, poétique. À travers une danse se déployant par les extrémités du corps, dans sa sphère périphérique, intimement reliée au langage, j’instaure avec le public une relation directe, qui lui propose d’être davantage témoin que spectateur. J’essaie de lui montrer comment je transforme les choses, comment je crée la langue que je lui parle, pour qu’il puisse accéder à ce que je veux lui dire. 




LES PRÉSENTATIONS

 

* Presenté par Tangente, Laboratoire de mouvements contemporains, du 11 au 14 décembre 2014Montréal, Studio Hydro-Quebec du Monument-National.

 

* Presenté par La Rotonde, Centre chorégraphique contemporain de Québec, du 22 au 24 janvier 2015Québec, Salle Multi du Complexe Meduse.

 

* Presenté dans le OFFTA, produit par La Serre, arts vivants, les 7 et 8 juin 2016, Montréal, L’arène, Théatre des écuries.

 

* Presenté par la fédération des Alliances françaises du Mexique, du 15 au 22 mars 2017, Tlaxcala, Puebla et MexicoVersion traduite en espagnol 

 

 

À PROPOS DES PRINCIPAUX COLLABORATEURS 

 

Brice danse et chorégraphie. Sa mère l’a vu danser dans les œuvres d’Estelle Clareton, de Danièle Desnoyers et dans une nouvelle pièce avec Peter Quanz pour Montréal Danse. Brice a appris à parler plusieurs langues et se plaît à observer comment fonctionne le langage. Il en discute avec son père et dans ses oeuvres chorégraphiques qu'il a présentées à Québec, Montréal, Alma, Winnipeg, México, Tlaxcala et Puebla. Grâce aux conseils de son frère, Brice a obtenu des soutiens qui lui ont permis de faire des projets de recherche, de créations et d’ateliers. Sa belle-soeur a vu toutes les pièces qu’il a créées : Mandragore, Brutus et Sabulle, Ulna, Barbarellus, Les Bipèdes Songeurs, L'importance du biceps lors de la lecture et Ruminant Ruminant. Avec Zorro, Donald Duck et Mafalda, il entreprend un nouveau projet d’achat de beurre de peanut et de recherche sur la capacité des mots à nous mettre en mouvement ou à nous contraindre. 

 

Après les Ateliers de danse moderne de Montréal, Karina rencontre le flamenco, et aussi le théâtre. Puis, elle rencontre Rae Bowhay, Pierre Lecours, Manon Oligny, David Pressault, Lynda Gaudreau, Lara Kramer, Brice Noeser (l’autre), les compagnies Mandala Sitù, Pas de Panique et Le Moulin à musique. Entre-temps, elle rencontre ses propres créations au Studio 303, à Tangente, à Festivalissimo, dans les Maisons de la Culture de Montréal, au festival Vue sur la relève et au MAI . 

 

Catherine, depuis les années 80, danse pour la Fondation Jean Pierre Perreault, Carbone 14, Le Carré des Lombes, Cas Public, Fortier Danse Création et Montréal Danse. Elle fait aussi danser en Europe, aux États-Unis, au Canada, au théâtre, au cirque, et chez Robert Lepage. Depuis 2001, Et Marianne et Simon, sa compagnie membre de Circuit Est, met sur pied divers projets chorégraphiques.  

 

Après s’être intéressée à la photographie, Sylvie s’intéresse aux éclairages de la scène. Elle fait des concepts d’éclairage et de la direction technique pour des chorégraphes indépendants ainsi que pour Danses Buissonnières à Tangente et les Printemps de la Danse dans les Maisons de la Culture de Montréal. Elle se passionne surtout pour les éclairages en danse contemporaine.  

 

 

EXTRAITS CRITIQUES 

 

« La pièce enfile ces juxtapositions inattendues qui font de RUMINANT RUMINANT la plus drôle des créations de Noeser ce jour.» ... « Voilà un programme parfait pour les néophytes qui seraient exposés à [des] univers on ne peut plus différents, mais tout aussi charmants. En fait, c’est le meilleur spectacle qu’il m’ait été donné de voir à Tangente cette saison. » Sylvain Verstircht, Local Gesture, décembre 2014, Montréal. 

 

« Dans leur mélange du réel et de la cocasserie, ils arrivent à faire douter qu’une chanson hautement populaire ait pu proner les asperges au déjeuner et déclasser le duo mythique [formé par Serge Gainsbourg et Anna Karina (Ne dis rien)]. Fort. » Brigitte Manolo, DFdanse, decembre 2014, Montreal. 

 

« C'est parti pour un spectacle sans nul autre pareil. Bel ovni ludique, éclaté, rempli de magnifiques juxtapositions inattendues et de changements vue. Rien n'est caché, tout est dévoilé. Une drole de création qui amène le spectateur dans un univers ludique bourré d'humour. Vous ne verrez plus Brice Noeser et Karina Iraola de la meme façon. » ... « La danse se pointe le nez dans ce spectacle presque par accident. Ils s'eclatent autant dans la parole que dans le mouvement et la folie. Est-ce de la danse ou du théatre ? Mais qu'est-ce qu'on s'en fout ! C'est tellement un beau moment qu'on ne souhaite que découvrir la prochaine vignette, la prochaine rupture de temps et de mouvement, la prochaine belle folie de ce duo, la prochaine dichotomie. » Robert Boisclair, Les enfants du paradis bloguent, janvier 2015, Quebec. 

 

 

ENTREVUES  

 

 

http://www.larotonde.qc.ca/2015/01/3-questions-de-dena-davida-brice-noeser-ruminant-ruminant/